DAUDET (Alphonse). Lettre autographe signée... - Lot 65 - Giquello

Lot 65
Go to lot
Estimation :
1000 - 1500 EUR
Result with fees
Result : 1 105EUR
DAUDET (Alphonse). Lettre autographe signée... - Lot 65 - Giquello
DAUDET (Alphonse). Lettre autographe signée à Paul Dalloz, [3 mars 1867], 2 pages in-16 (133 x 105 mm) à l'encre noire sur papier vergé avec enveloppe timbrée jointe, sous chemise demi-maroquin noir moderne. Lettre dans laquelle sont évoqués les Lettres de mon moulin et Le Petit Chose. Paul Dalloz (1829-1887), fils du célèbre juriste, et qui venait d'être, avec Mistral, le témoin de mariage de Daudet, était alors le directeur du Petit Moniteur, où sera publié en feuilleton Le Petit Chose, roman qui, dans l'édition en volume chez Hetzel en 1868, lui sera précisément dédié en «témoignage de [s]a gratitude et de [s]on amitié». Daudet, qui séjourne alors dans le Midi, aurait voulu envoyer un brin de myrte, un pan de ciel bleu et quelques étoiles provençales pour vous remercier de votre charmante lettre [...] Vous envoyer de l'azur serait une cruauté. Il va bientôt rentrer à Paris, sa femme l'a suivi en mer, par les plus gros temps, à la pêche aux thons et aux sardines. Les gens de Cassis sont fort surpris. Il évoque alors le cadre même des Lettres de mon moulin: nous sommes dans un grand château près d'Arles, au milieu des pins et des lavandes, en pourparlers pour l'achat d'un moulin, - ce moulin singulier d'où j'ai daté quelques lettres chez Villemessant. Puis il lui annonce l'envoi de la première partie du Petit Chose: J'ai terminé la première partie de mon roman; elle est à Paris, partie à la copie, partie dans vos bureaux. Je pense que ce sont les débats législatifs qui l'arrêtent. La seconde partie est très dramatique. C'est une peinture très réelle de la vie des cabotins de banlieue. Je réponds de l'intérêt. Petite déchirure.
My orders
Sale information
Sales conditions
Return to catalogue