NERVAL (Gérard de). [Aurélia]. Manuscrit... - Lot 210 - Giquello

Lot 210
Go to lot
Estimation :
20000 - 30000 EUR
Result with fees
Result : 106 600EUR
NERVAL (Gérard de). [Aurélia]. Manuscrit... - Lot 210 - Giquello
NERVAL (Gérard de). [Aurélia]. Manuscrit autographe, [1855], 1 page et demie in-8 (207 x 127 mm), sur 2 feuillets, avec corrections, ratures et ajouts, sous chemise demi-maroquin noir moderne. Extraordinaire et tragique relique des derniers moments de Nerval, rares fragment d'Aurélia. Fragment d'Aurélia, retrouvé, selon Ulbach, sur le cadavre du poète, pendu, rue de la Vieille-Lanterne, à l'aube du 26 janvier 1855, et se terminant par ses mots: «Qu'arriverait-il si je mourais ainsi tout d'un coup?». Récit de non pas une, mais trois descentes aux enfers successives, Aurélia est la tentative, à la fois lucide et angoissée, de saisir la folie. Pendant ses deux derniers séjours à la clinique du docteur Blanche à Passy, en 1853 et 1854, Nerval écrit ce texte, dont la totalité ne nous est pas parvenue. Il voyait dans le rêve une valeur thérapeutique, et un instrument d'exploration de l'inconnu et de la vie elle-même. C'est parce qu'il tenta de franchir ces portes d'ivoire ou de corne qui nous séparent du monde invisible que les surréalistes en firent leur précurseur. C'est ici un passage du chapitre IV de la seconde partie d'Aurélia, constitué de souvenirs et de réflexions, baignant dans une lumière hallucinatoire. Il évoque d'abord son ami Georges - certainement Georges Bell, rencontré au retour de son voyage en Orient: Il m'emmenait dans diverses contrées des environs de Paris et consentait à parler seul, tandis que je ne répondais qu'avec quelques phrases décousues. L'onirisme se mêle à l'autobiographie, par exemple dans le récit de cet épisode: Un jour nous dînions sous une treille dans un petit village des environs de Paris. Une femme vint chanter près de notre table et je ne sais quoi, dans sa voix usée mais sympathique, me rappela celle d'Aurélia, je la regardai, ses traits même n'étaient pas sans ressemblance avec ceux que j'avais aimés. On la renvoya et je n'osai la retenir mais je me disais: qui sait si son esprit n'est pas dans cette femme et je me sentis heureux d
My orders
Sale information
Sales conditions
Return to catalogue