Armide abandonnée par Renaud  Tapisserie... - Lot 218 - Giquello & Associés

Lot 218
Aller au lot
Estimation :
8000 - 15000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 31 200EUR
Armide abandonnée par Renaud  Tapisserie... - Lot 218 - Giquello & Associés
Armide abandonnée par Renaud  Tapisserie des Ateliers de Paris, Faubourg Saint Marcel XVIIe siècle, vers 1635-1640, d'après Simon Vouet (1590-1649) H. 3,44 x L. 2,46 m Chaîne en laine (7 à 8 fils au cm), trame en laine et soie Deux marques dans le galon extérieur droit dont AC pour Alexandre de Comans, actif dans les ateliers du Faubourg Saint Marcel (de 1634 à 1650) Origine du modèle La tapisserie fait partie de la tenture de Renaud et Armide d'après Simon Vouet. Renaud, le chevalier chrétien, et Armide, la princesse maure, sont deux des héros de La Jérusalem délivrée, poème épique de 1562 du poète italien Torquato Tasso (1545-1595), traduit en Français au XVIIe siècle. Leurs amours et leurs péripéties avaient été peintes par Simon Vouet avant 1632 pour le surintendant des bâtiments du roi , Henry de Fourcy, pour la galerie de son château de Chessy, proche de Lagny. Simon Vouet et son atelier, à partir de ces créations pour Chessy, établirent des cartons pour les traduire en tapisseries. Les ateliers parisiens (Ateliers du Louvre, Faubourg St Marcel, Faubourg St Germain) tissèrent des tapisseries de Renaud et Armide (Lavalle 1990, p 512 à 518 et Reyniès 2010, p.160 ). B. Bréjon de Lavergné a rapproché un dessin du Département des Arts graphiques du Louvre de la femme se trouvant à l'arrière de l'embarcation sur la présente tapisserie. Une toile datée de 1631 (collection particulière), provenant du cycle de Chessy et représentant le même sujet que celui de la présente tapisserie est reproduite dans la même étude, n° 74, p.374.   Iconographie Renaud et Armide sont ennemis, puisqu'il est chevalier chrétien, compagnon de Godefroy de Bouillon, lors de la première Croisade, et elle, princesse maure, mais aussi magicienne. C'est l'histoire d'une haine qui va se transformer en amour. Sur l'ile enchantée, Armide tombe amoureuse de Renaud et il en oublie sa mission. Il y aura encore quelques péripéties plus ou moins dramatiques. L'épisode mis en scène sur cette tapisserie est sans doute celui où Renaud, rappelé à ses devoirs par deux chevaliers chrétiens, que l'on voit sur l'embarcation, abandonne Armide pour reprendre le combat avec Godefroy de Bouillon.   Tapisseries en rapport Cette tenture connut un vif succès à l'époque de Louis XIII. Le cardinal Antonio Barberini acheta en 1637 à Mazarin (alors à son service) une tenture de dix tapisseries, de l'atelier de Raphaël de la Planche, qui sont maintenant conservées aux Etats-Unis, au Flint Institute of Arts, à Flint (Michigan). Le même sujet que la présente tapisserie est au nombre des dix pièces, mais dans une version moins large (Bertrand, 2005 pp 141 et 314, fig. 124). De nombreux musées français ou étrangers conservent une ou plusieurs tapisseries de cette tenture fameuse.   Matériaux et état :  La tapisserie, finement tissée, est dans un bon état général.   Références bibliographiques : Pascal-François Bertrand, 2005, Tapisseries des Barberini et la décoration d'intérieur dans la Rome baroque. Barbara Brejon de Lavergnée, 1990, Dessins dans catalogue de l'exposition Vouet (Paris, Novembre 1990 - février 1991) Denis Lavalle, 1990, Simon Vouet et la tapisserie dans catalogue de l'exposition Vouet Nicole de Reyniès, 2010, Les Tapisseries françaises dans catalogue de la Collection Toms, Tapisseries du XVIe au XIXe siècle, Lausanne;
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue