JOACHIM DE FLORE Vaticinia, sive Prophetiae.... - Lot 52 - Giquello

Lot 52
Aller au lot
Estimation :
5000 - 6000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 10 110EUR
JOACHIM DE FLORE Vaticinia, sive Prophetiae.... - Lot 52 - Giquello
JOACHIM DE FLORE Vaticinia, sive Prophetiae. Venise, Girolamo Porro, 1589. - Vaticinia seu praedictiones illustrium virorum. Venise, Gio. Battista Bertoni, 1605. 2 ouvrages en un volume in-4, maroquin rouge, double filet bordé de pointillés dorés en encadrement, emblème doré au centre, dos à trois nerfs orné d'un fleuron répété, titre doré dans le second caisson, tranches mouchetées de rouge (Reliure du XVIIe siècle). Recueil de deux éditions vénitiennes des prophéties de Joachim de Flore, moine cistercien originaire de Calabre né vers 1130 et mort en 1202. La doctrine de ce religieux, comme le rappelle une note manuscrite portée sur une garde au début du volume, a été condamnée dans le 4e concile du Latran, tenu en 1215 sous Innocent III qui y présida en personne, et elle a été condamnée comme contenant des révélations fabuleuses touchant l'état futur de l'Église. Rare édition originale des Vaticinia, sive Prophetiae, le texte bilingue en italien et latin, comprenant une vie de l'auteur (cf. Caillet, n°5541 et Dorbon, n°2279). Elle est ornée d'un titre-frontispice, de 2 jolies figures à pleine page, d'une figure de la roue prophétique dite de Pie IV, et de 31 curieuses figures allégoriques représentant la destinée des papes, le tout gravé en taille-douce et compris dans la pagination. Les Vaticinia seu praedictiones contiennent, outre les vaticinations de Joachim de Flore, celles de l'évêque Anselme, de Giodocho Palmerio, du bienheureux Jean abbé, et du père Egidius Polonais. Elle est illustrée d'un beau titre-frontispice architectural comprenant les portraits en médaillon des auteurs, et 6 figures gravées sur cuivre de roues prophétiques. RECTIFICATIF : Superbe volume provenant de la bibliothèque d’Honoré d’Agut (1565-1643), conseiller au parlement de Provence et grand ami de Peiresc. Il porte en bas du titre le cachet humide au monogramme HDAMB qui est celui d’Honoré d’Agut et de son épouse Marguerite de Blégiers. La facture de la reliure, en particulier le titrage au dos, est caractéristique de la manière de Simon Corberan, qui fut le relieur attitré de Peiresc mais à qui Honoré d’Agut fit également appel pour la couvrure de ses exemplaires (voir à ce sujet l’étude de Bruno Marty, De quelques signes extérieurs de Nicolas-Claude Fabri de Peiresc). Il a ensuite appartenu à Stanislas de Guaïta (1861-1897), avec son ex-libris doré et une note manuscrite de sa main donnant une explication des mystérieuses figures XVIII et XIX du premier ouvrage. Poète et occultiste, fondateur avec Joséphin Péladan de l'ordre kabbalistique de la Rose-Croix, Guaïta avait réuni une extraordinaire collection de livres de sciences occultes. Il a fait frapper au centre des plats un fer emblématique des Martinistes, disciples de la doctrine de saint Martin (le «philosophe inconnu»), société dont il était lui-même un adepte et l'un des fondateurs avec Papus. Monogramme humide indéterminé en bas du titre. Ex-libris imprimé du XVIIIe siècle : Jacobi Constant Parochi Sti Trophimi ; ex-libris manuscrit : Fourgeaud-Lagrèze 1864. Des bibliothèques Albert Pascal et Stanislas de Guaïta (1899, n°1487). Quelques légères piqûres, 4 feuillets intervertis dans le second ouvrage. Discrètes tavelures sur le second plat.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue