Jules BARBEY D'AUREVILLY (1808-1889)

Lot 1
Aller au lot
Estimation :
700 - 800 EUR
S'inscrire sur drouot.com
Jules BARBEY D'AUREVILLY (1808-1889)
L.A.S., [juillet 1858, à Léon ESCUDIER, directeur du Réveil] ; 2 pages in-8, à l'encre rouge. Belle lettre au sujet d'un article sur Voltaire et sur Taine [«Le Voltairianisme contemporain», «Le Figaro et M. Taine», «Racine et M. Taine» dans Le Réveil du 31 juillet1858]. «D'abord, pas de Soumet ! Mais moi sur Voltaire ! Vous allez voir une belle chose ! Tenez V'là le commencement ! Est-ce assez originalement posé ?... Je ne serai pas long - deux feuil­lets encore que vous aurez à cinq heures - Mais c'est à moi, ce Voltaire ! Et non pas à ce Grévédon de Soumet, il viendra une autre fois ! Moi ! Moi ! Moi ! Me me ! adsum qui faci et Non me convertite famum en ne prenant pas mon Voltaire, que je vais vous enlever, vous allez voir ! J'avais mis d'abord au haut du papier Lettres franches, mais ceci a de telles articulations de jarret et sauts de croupe que cela ne peut pas, que je crois, rester dans le rang. Il faut mettre à ces deux choses un titre collectif : Par exemple M. Taine au Figaro & au Journal des Débats ! Allez - c'est bon. N'ayez pas peur de nommer le Figaro. Par Dieu, non ! Nous nous appelons des francs, & non des Gaulois. Ils ne nous nomment pas ; eh bien, pour leur faire voir la différence qu'il y a entre eux & nous, nous les nommons ! TAINE est coulé, - d'un revers de main ! Oui, cela peut (les deux nouveaux) faire un article, comme vous les aimez - genre journal ; mais tête Dieu pleine de reliques ! Je veux avoir Voltaire aussi !»....
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue