Niklas LAFRENSEN, dit Nicolas LAVREINCE (Stockholm, 1737-1807)

Lot 50
Aller au lot
Estimation :
2000 - 3000 EUR
S'inscrire sur drouot.com
Niklas LAFRENSEN, dit Nicolas LAVREINCE (Stockholm, 1737-1807)
Portrait présumé de la reine Marie-Antoinette dans le parc de Saint-Cloud (1790) Miniature ovale, signée et datée sur le banc à gauche «Lav. (ou Lafr.) 1790», incrustée sur le couvercle d'une boite ronde en écaille brune, cerclée de pomponne. La reine serait représentée en pied, tenant un livre de la main gauche, en robe blanche, ceinture rose et chapeau à plumes, devant un banc et un vase Médicis dans un parc fleuri, très probablement celui de Saint-Cloud, alors qu'elle profite des derniers moments de tranquillité entre deux séjours aux Tuileries. Bon état, micro-fêles à l'écaille. Époque révolutionnaire. Miniature : H. 6 x L. 4,8 cm Boite : H. 2,2 x D. 8 cm. Niklas Lafrensen, dit «Nicolas Lavreince» ou «Lavrince», est né le 30 octobre 1737 à Stockholm où il est mort le 6 décembre 1807. Il fut un dessinateur et peintre à la gouache, notamment en miniatures. Élève de son père, le miniaturiste suédois Niclas Lafrensen dit le Vieux, Lavreince se consacra d'abord à la même discipline, avant de prendre, en 1771, le chemin de Paris, où il peignit de petits portraits à l'aquarelle et à l'huile. Nommé, à son retour en Suède, en 1773, membre de l'Académie de Stockholm et peintre de la cour, il revint néanmoins à Paris en 1774, où il produisit, jusqu'à la Révolution, de nombreux dessins de style rococo destinés à servir de modèles à des graveurs, tous inspirés de l'esprit enjoué et plein de grâce de cette fin de l'Ancien Régime dans le genre de Lancret, Pater et Fragonard. Il a peint les figures dans les oeuvres de Bellanger. Ces sujets soit galants, soit enjoués, soit badins ont été reproduits par une trentaine de graveurs contemporains, et connurent un grand succès commercial à l'époque. Il a côtoyé la reine Marie-Antoinette, probablement par l'intermédiaire d'Axel de Fersen (1755-1810), notamment dans les derniers moments de 1790. De retour à Stockholm après 1791, il peignit des portraits, de petites scènes historiques et des fêtes galantes.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue