Triptyque miniature en buis finement sculpté.... - Lot 32 - Giquello & Associés

Lot 32
Aller au lot
Estimation :
80000 - 120000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 257 300EUR
Triptyque miniature en buis finement sculpté.... - Lot 32 - Giquello & Associés
Triptyque miniature en buis finement sculpté. Sommet en forme d'arc en accolade avec rampants à crochets et pinacle couronné d'un fleuron, dos à trois pans. Partie centrale, l'Adoration des Mages surmontée de l'Annonce aux Bergers ; sur le volet gauche, l'Annonciation et, sur le volet droit, le Songe de Joseph ; sur chaque partie du triptyque est figuré, surplombant la scène, un ange tenant une banderole de ses deux mains ; seule, l'Adoration des Mages est construite sur deux plans en profondeur, deux Mages (dont un a disparu) se trouvant devant, la Vierge et l'Enfant et le troisième Mage se situant à l'arrière-plan ; les encadrements imitent une architecture gothique avec colonnettes entourées de feuillages, chapiteaux, arcatures abritant des arcs trilobés et courses de rinceaux feuillagés, un écu se trouve à la pointe de la partie centrale. Ce triptyque repose sur une colonnette torsadée entourée d'un entrelacs de branchages, évocation de l'Arbre de Jessé ; terrasse à pans moulurée. Pays-Bas septentrionaux, Hollande, Adam Dircksz et son atelier, 1503-1533 Hauteur : 17 cm - Largeur ouvert : 9,9 cm (Mage de gauche manquant, légères restaurations) Ce précieux triptyque fait partie des microsculptures de dévotion réalisées en buis aux Pays-Bas durant le premier tiers du XVIe siècle. On dénombre plus d'une centaine de ces œuvres qui peuvent adopter différentes formes : des noix de prière, des diptyques ou des triptyques comme ici mais également des objets très variés tels des monstrances, des retables, des rosaires, des coffrets en forme de cercueil ou des manches de couteau. Ces objets fascinants par leur minutie et leur invention iconographique ont bénéficié ces dernières années d'un programme international de recherches qui a abouti aux expositions qui se sont tenues au Canada, aux Etats-Unis et aux Pays-Bas en 2017. Ce triptyque de la collection Charles Boucaud est jusqu'ici inédit. Ainsi il n'apparaît pas dans la base de données The Boxwood Project mise en place depuis une dizaine d'années par le Musée des Beaux-Arts de l'Ontario à Toronto (Art Gallery of Arts) qui recense l'ensemble des œuvres connues de cette production en buis sculpté. Il y est dénombré seize triptyques de différents modèles. La singularité de celui-ci réside dans la présence du Songe de Joseph, scène rarement représentée dans l'iconographie chrétienne, qui ne semble pas avoir été interprétée sur d'autres microsculptures. Autre particularité, le pied en forme d'un enchevêtrement de branches, allusion évidente à l'Arbre de Jessé comme le montre la figure du père de David couché au milieu de branches semblables dans le soubassement de la Crucifixion du triptyque d'Alkmaar des collections du musée du Louvre (inv. OA 5612, fig.). Lors des expositions de 2017, le nom d'Adam Dircksz était avancé comme l'auteur de certaines de ces œuvres miniatures, confortant une hypothèse émise dès 1968 lors du déchiffrement d'une inscription par J. Leeuwenberg sur une noix de prière conservée au Staten Museum of Kunst de Copenhague (inv. KMS 5552). A présent, il semble qu'il faille nuancer cette attribution, le nom d'Adam Dircksz serait en fait celui du commanditaire de la noix, brasseur à Delft. Quoiqu'il en soit, on reconnaît bien dans la facture de ce triptyque des Rois Mages, le style de ce sculpteur tel qu'il est décrit dans le fascicule sur la noix de prière du Jugement dernier du Louvre (inv. OA 5609) : "yeux un peu globuleux et aux paupières très marquées, en « grains de café »", horreur du vide et goût pour le détail pittoresque visible ici dans la représentation de l'architecture ruiniforme qui abrite l'Adoration. Cette "petite merveille" que constitue ce triptyque serait donc une nouvelle œuvre à ajouter au corpus de cet artiste. Provenance : Ancienne collection Charles Boucaud, Paris, acquis vraisemblablement dans le marché de l'art dans les années 1970/90 Ouvrages consultés : J. Lowden et J. Cherry, Medieval Ivories and Works of Art, The Thomson Collection at the Art Gallery of Ontario, Londres, n.d., cat.48 à 51. Expositions Toronto - New York - Amsterdam 2017, Small Wonders, Art Gallery of Ontario - The Metropolitan Museum of Arts - Rijksmuseum, cat. F. Scholten. E. Antoine-König, P. Dandridge et L. Ellis, Le Jugement dernier dans une noix de prière : microsculptures de dévotion, Musée du Louvre, Collection Solo - Département des objets d'art, Paris, 2021.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue